Écrits et réalisés par Frank Smith
2h10, Production Les films du Zigzag, Paris, 2018 
Montage Arnold Pasquier
Les Films du monde constituent une série inédite de 51 cinétracts. 
Les cinétracts sont, à l’origine, des films de banc-titre réalisés à la prise de vues à partir de documents photographiques de l’actualité nationale et internationale, une initiative lancée en mai 1968 par le cinéaste Chris Marker.Les Films du monde renouent avec cette expérience cinématographique, tant poétique que politique, en se concentrant sur les failles du monde contemporain. Selon leur protocole, les cinétracts devaient « contester-proposer-choquer-informer-interroger-affirmer-convaincre-penser-crier-dénoncer-cultiver » afin de « susciter la discussion et l’action ».
« Les Ciné-tracts, c’est une idée de Chris Marker. Le magnétoscope et tous ces petits films, c’était un moyen simple et peu cher de faire du cinéma politique, pour une section d’entreprise ou un comité d’action, puisque la bobine coûte cinquante francs tout compris. Et surtout l’intérêt est moins la diffusion que la fabrication. Cela a un intérêt local de travailler ensemble et de discuter. Cela fait progresser. Et puis la diffusion peut se faire dans les appartements, les réunions. On peut les échanger avec d’autres films de comités d’action voisins. Cela permet de repenser à un niveau très simple et très concret le cinéma. Cette fabrication peut faire comprendre aux gens qui font du cinéma qu’il faut travailler avec les gens qui n’en font pas, et comme la fabrication est extrêmement simple, les gens qui n’en font pas comprennent que les problèmes de cinéma sont simples en fait, et qu’ils ne sont compliqués que parce que la situation politique les complique. Les films doivent êtres faits par des groupes sur une idée politique. Car de la même manière que les cours, on les réécrit avec les lycéens, de la même manière, je crois qu’il faut faire les films avec ceux qui les voient. »
"Portés par une réflexion profonde mêlant considérations politiques, humanistes, philosophiques et esthétiques, ces quelques cinquante addenda rajoutés par Frank Smith au jet original de 1968 continuent le combat, dans un esprit de synthèse complexe - une complexité à la mesure de ce que l'on appelait naguère, au temps où l'on entendait encore changer l'Histoire, la "représentation du monde", à ce jour fuyante, démultipliée et multipolaire." Paul Ardenne 
"Un usage explosif du cinéma. Les cinétracts de Frank Smith vous sautent à la gorge. Boum ! Une démarche importante qui convoque et hisse." Vivianne Perelmuter 
"Une immersion dans un monde poélitique. Des prodiges d'intelligence, de concision, des manifestes uniques de Notre siècle et ses barbaries." Manuela Morgaine
revenir