WUPPERTAL raconte le récit de personnages à la recherche d’une présence à embrasser. Que ce soit le dessin singulier d’une ville moderne de Sicile, le souvenir d’un ancêtre à retrouver en Italie ou la rumeur d’une histoire d’amour entre Pina Bausch et Rainer Werner Fassbinder au Brésil : les lieux sont des palimpsestes qu’il faut effeuiller pour comprendre le sens de sa quête. Gibellina, Rome, Senigallia, São Paulo, Belo Horizonte, Le Havre, Wuppertal sont des villes qui dessinent une autre Carte du Tendre où chacun s’essaye à un amour qui soit lui-même l’invention d’une forme d’aimer.
Le scénario déploie un récit où les enquêtes se croisent parfois. Des singularités joignent leurs intuitions, des désirs s’assemblent. Les sujets de rencontres sont l’architecture et la ville, le théâtre et l’amour. Les corps s’embrassent et s’éloignent, se rejoignent ; les figures d’absences apparaissent dans le vacillement d’une lueur de lanterne magique puis s’effacent. Demeurent les paysages disponibles pour de nouvelles rencontres à venir.
Le récit est long. Sans doute plus de huit heures de film. Il faut l’envisager comme une constellation d’expériences qui visent toutes au même but : donner une forme à l’absence. Sa réalisation doit s’envisager elle-même comme une traversée, avec escale. Certaines étapes sont des moyens-métrages : décor presque unique, peu de personnages. D’autres parties sont plus amples et se développent autour d’un ensemble complexe de lieux et de situations. Cependant, j’envisage le tournage avec une modestie de moyens, dans une présence alerte aux lieux et aux situations. Si un soin particulier est apporté à l’édification du cadre et à la mise en scène, c’est toujours dans un mouvement léger, le plus dynamique possible, avec discrétion et mobilité. Mon idéal de tournage serait une équipe de quelques personnes très impliquées et le scénario comme un point de référence dont il faut réinventer les enjeux sur le plateau. Cette scène, c’est la rue, le quartier, la ville qui offre sans cesse l’occasion inattendue d’émerveillements. C’est ce que j’aimerai voir apparaitre : le surgissement d’un au-delà de mon histoire écrite, réinventé par le corps des acteurs, ces lieux affectueusement désirés et de la lumière.  
A Gibellina en Sicile, Damiano invite Marco pour une promenade architecturale de cette ville nouvelle construite dans les années 80. Ce sont d’anciens amants, séparés depuis un an et Marco ne comprends pas la raison de ces retrouvailles.
Angela arrive à Rome. Son père lui a offert un voyage en Italie pour fêter son diplôme d’architecture qu’elle vient d’obtenir à la Faculté de São Paulo. Elle se rend à Senigallia, une ville des Marches, d’où a émigré son ancêtre Romano pour le Brésil à la fin du XIXème siècle. C’est dans le marché de Senigallia qu’elle elle fera l’expérience intime de sa généalogie lointaine.
A São Paulo, au Brésil, Simone échappe à l’incendie d’une discothèque. Son amie Martha lui offre un voyage à Belo Horizonte pour lui changer les idées, au prétexte que c’est la ville où Pina Bausch, la chorégraphe allemande et le réalisateur Rainer Werner Fassbinder se sont aimés pendant une semaine au début des années 80. Alors que Simone ne trouve aucunes traces de cette passion dans la ville, Angela, rentrée d’Italie et qui travaille sur le patrimoine de l’architecte Oscar Niemeyer lui propose de construite une lanterne magique pour faire apparaitre ses fantômes allemands.
Angela est au Havre, où elle continue sa mission, cette fois-ci pour étudier le théâtre du Volcan, construit par Niemeyer et où une troupe théâtrale répète Le Soulier de Satin de Paul Claudel. Mais le metteur en scène disparait et la troupe invite Angela à rejoindre la compagnie, au prétexte que « construire une maison, c’est comme construire une pièce ».
A Wuppertal, en Allemagne, Simone conclue son enquête sentimentale en se rendant sur la tombe de Pina Bausch. Il y rencontre Dominique, un ancien interprète de la compagnie qui l’invite à un cours de danse. C’est en répétant un mouvement de l’opéra-ballet Orphée et Eurydice de Pina Bausch que Simone aura la révélation de ce qu’il cherche, de ce qui le met en mouvement.​​​​​​​
Wuppertal est un récit qui cherche à embrasser un manque qui prend, pour chacun des personnages, une forme différente. Les villes, l’architecture, la danse et le théâtre sont des scènes qui permettent à chacun de faire l’expérience de cette absence.
Certaines parties, comme le prologue en Sicile sont des moyens-métrages : décor unique, peu de personnages. D’autres épisodes sont plus amples et complexe. Cependant, j’envisage un tournage réalisé avec une certaine modestie de moyens, dans une présence alerte aux lieux et aux situations. Un soin particulier sera apporté à l’édification du cadre et à la mise en scène, mais dans un mouvement léger, le plus dynamique possible, avec discrétion et mobilité. Mon idéal de tournage serait une équipe de quelques personnes et le scénario comme un point de référence dont il faut réinventer les enjeux sur le plateau. 
Wuppertal est une histoire où j’ai mis beaucoup de moi-même. Je suis à la recherche d’une productrice ou d’un producteur qui voudrait m’accompagner dans ce mouvement.
Le scénario WUPPERTAL à obtenu une aide à l'écriture de la Région ÎLE-DE-FRANCE et à été soutenu par la Maison du film (séance de Pitching#, 24 octobre 2019, Région Île-de-France, Saint-Ouen).
Divers moments de la rédaction du scénario en Sicile, Italie, Brésil et Allemagne.
2016-09-19-18:30-Palermo
2016-09-19-18:30-Palermo
2016-01-27 20.08.14-Napoli
2016-01-27 20.08.14-Napoli
2016-02-02 19.39.00-Napoli
2016-02-02 19.39.00-Napoli
2016-02-15 07.55.09-Napoli
2016-02-15 07.55.09-Napoli
2016-04-21 17.44.24-Wuppertal
2016-04-21 17.44.24-Wuppertal
2016-04-26 08.40.15-Wuppertal
2016-04-26 08.40.15-Wuppertal
2016-05-11 13.37.33-Palermo
2016-05-11 13.37.33-Palermo
2016-05-11 20.21.40-Palermo
2016-05-11 20.21.40-Palermo
2016-09-21 16.23.27-Palermo
2016-09-21 16.23.27-Palermo
2018-07-09 19.00.30-São Paulo
2018-07-09 19.00.30-São Paulo
2018-07-09 19.06.22-São Paulo
2018-07-09 19.06.22-São Paulo
2018-07-14 07.14.09-São Paulo
2018-07-14 07.14.09-São Paulo
2018-07-20 17.00.31-São Paulo
2018-07-20 17.00.31-São Paulo
2018-07-23 16.48.11-São Paulo
2018-07-23 16.48.11-São Paulo
2018-07-24 09.13.49-São Paulo
2018-07-24 09.13.49-São Paulo
2018-07-25 14.16.34-São Paulo
2018-07-25 14.16.34-São Paulo
2018-07-27-01-São Paulo
2018-07-27-01-São Paulo
2018-07-30 08.30.07-São Paulo
2018-07-30 08.30.07-São Paulo
2018-08-03 16.43.23-1
2018-08-03 16.43.23-1
2018-08-04 09.05.10-Belo Horizonte
2018-08-04 09.05.10-Belo Horizonte
2018-08-04 11.43.47-Belo Horizonte
2018-08-04 11.43.47-Belo Horizonte
2018-08-04-08-Belo Horizonte
2018-08-04-08-Belo Horizonte
2018-08-07 17.49.17-Salvador
2018-08-07 17.49.17-Salvador
2018-08-18 07.16.36-São Paulo
2018-08-18 07.16.36-São Paulo
2018-08-18 11.51.07-São Paulo
2018-08-18 11.51.07-São Paulo
2018-08-19 12.28.19-São Paulo
2018-08-19 12.28.19-São Paulo
2018-08-20 18.54.31-Salvador
2018-08-20 18.54.31-Salvador
2019-07-07 07.37.08-Ancona
2019-07-07 07.37.08-Ancona
2019-08-14 18.58.57
2019-08-14 18.58.57
Photographies de repérages en Sicile, Italie, Brésil, France et Allemagne.
revenir